Original Broadway Cast – Kiss Me, Kate (1949)

Original Broadway Cast – Kiss Me, Kate (1949) : 3,78/5

 

 

Comédie musicale jouée à Broadway composée par Cole Porter. Quelques bons titres comme l’excellent Too Darn Hot et l’italien Where Is The Life That Lade I Led.

 

Titre Compositeurs Critique
1 Overture Cole Porter ****
2 Another Op’nin, Another Show Cole Porter ****
3 Why Can’t You Behave Cole Porter ***
4 Wunderbar Cole Porter ****
5 So In Love Cole Porter ***
6 We Open In Venice Cole Porter ****
7 Tom, Dick Or Harry Cole Porter ****
8 I’ve Come To Wive It Wealthily In Padua Cole Porter ***
9 I Hate Men Cole Porter ****
10 Were Thine That Special Face Cole Porter ****
11 Too Darn Hot Cole Porter *****
12 Where Is The Life That Lade I Led ? Cole Porter *****
13 Always True To You (In My Fashion) Cole Porter ****
14 Bianca Cole Porter ****
15 So In Love (Reprise) Cole Porter ***
16 Brush Up Your Shakespeare Cole Porter ***
17 I Am Ashamed That Women Are So Simple Cole Porter ***
18 Finale : Kiss Me, Kate Cole Porter ***
19 Overture (Bonus Track) Cole Porter *****

 

https://www.allmusic.com/album/kiss-me-kate-original-broadway-cast-mw0000078949

 

Frank Sinatra considérait Cole Porter comme l’un des plus grands paroliers de tous les temps, et il se souvenait généralement plus comme un compositeur de chansons que comme un compositeur de comédies musicales. C’est-à-dire que la plupart des gens se souviennent instantanément des chansons de Porter, mais ne pouvaient pas se rappeler d’où ils venaient. C’est moins vrai pour les chansons de Kiss Me, Kate parce que non seulement les chansons sont mémorables — qui pourrait oublier « So in Love« , « Too Darn Hot » et « Brush Up Your Shakespeare« ? mais aussi la comédie musicale The Taming of the Shrew, imprégnée d’une sensibilité résolument moderne. C’est d’ailleurs « Wunderbar« , comme le dit Porter, que Sony a sorti une version remasterisée de l’enregistrement original de la comédie musicale avec Alfred Drake et Patricia Morison en tête, dans des interprétations essentiellement définitives. Drake « I’ve Come to Wive it Wealthily in Padua » de Drake et « I’ve Come to Wive it Wealthily in Padua » de Morison et « I Hate Men, » sont inégalés pour l’humour inconscient, et leurs duos ensemble sont inégalés pour la passion et l’ironie, ce qui n’est pas une combinaison facile à réaliser. Dans cette version 2009, le mastering est plus clair et plus vif que celui du premier numéro du CD, mais l’amélioration sonore ne suffira peut-être pas à faire jaillir ceux qui ont déjà le CD original pour cette nouvelle version. (All Music).